Autriche : Dorli Muhr, DAC Carnuntum

Avec ses quelques 900 ha de vignes, Carnuntum est la plus petite des 8 régions viticoles de Niederöstereich, la dernière à avoir été élevée en 2019 au rang de DAC . Elle est la plus excentrée aussi, toute proche de la frontière slovaque, à 30 km de Bratislava. Enfin, les cépages rouges zweigelt et blaufränkisch s’y plaisent à ravir.

Au sud-est de Vienne, l’influence quasi illimitée du climat pannonien chaud marque le caractère des vins. Un corps plus rond que dans l’ensemble des autres régions de Niederôstereich constitue la caractéristique commune des vins de Carnuntum. Les vignobles s’étalent au sud du Danube sur trois paysages ondoyants : la montagne de la Leitha, les collines d’Arbesthal et les monts de Hainburg. Des sols lourds en argile et lœss ainsi que des zones sableuses et graveleuses offrent des conditions optimales, notamment pour les variétés de vins rouges, à commencer par le cépage autrichien le plus répandu Blauer Zweigelt, suivi du Blaufränkisch. La zone favorite de ce dernier se trouve sur le Spitzerberg dans l’extrême est de l’appellation : son terroir calcaire le distingue des autres zones.

Dorli Muhr, la reine de Carnuntum

Tout le monde du vin connaît cett grande dame  et vigneronne qui en tant que instigatrice de la société de relations publiques Wine & Partners a réinscrit le vin autrichien sur la carte après le scandale de l’antigel en 1985. Se mettant à rêver de pouvoir faire son vin, elle partit ensuite à la recherche de vignobles en Italie et en France.  

Au Portugal  elle rencontra Dirk van der Niepoort, un homme déterminant dans la nouvelle génération de vignerons du Douro des années 90 : «  la chose la plus importante que j’aie apprise en matière de vin, c’est à quel point il est difficile de produire des bons vins dans une région chaude. J’étais stupéfaite par la finesse et la fraîcheur que Dirk parvenait à apporter à ses vins. »

Blaufränkisch et calcaire

Après une longue période de réflexion, Muhr retourna dès lors en Autriche, et plus précisément à Prellenkirchen, où sa grand-mère avait autrefois un petit vignoble. C’est là, sur le Spitzerberg, que la jeune femme commenca à faire du vin en 2002. Ecoutons là décrire cette colline :  « on peut peut-être imaginer le Spitzerberg comme un récif, avec l’océan primitif se brisant sur ses rochers pendant des millions d’années. De ce fait, le Spitzerberg est recouvert d’une épaisse couche de calcaire. Du sable s’y ajoute, il retient peu l’eau et le mont – à environ 300 mètres d’altitude – est toujours ouvert aux vents forts et aux températures élevées.  Il y a des masses d’air chaud et sec qui coulent continuellement de l’énorme plaine au sud, à destination de la vallée du Danube. Le Spitzerberg, qui se trouve en plein milieu de ce couloir entre la chaîne de Leitha (Alpes) et les collines de Hundsheimer (Petites Carpates), se présente comme une barrière sur laquelle les courants d’air chaud montent et se rassemblent. Pour la vigne, ces courants d’air chaud sont à la fois une bénédiction et un défi. D’une part, les vents constants assèchent toute l’humidité en un rien de temps, de sorte qu’il n’y a pratiquement aucun danger d’infection fongique sur le Spitzerberg. Et d’autre part, les conditions chaudes et sèches mettent la vigne à rude épreuve, menaçant son existence même. Toute croissance de végétation est minimale – les plantes concentrent toute leur énergie sur la croissance modeste des fruits. Cela rend les vins du Spitzerberg  très expressifs. Le Spitzerberg est subdivisé en neuf sites constitutifs, qui présentent tous des caractéristiques très variées, bien qu’ils aient des sols carbonatés parfaitement identiques (calcaire et dolomite). Ils varient, cependant, dans la granulométrie de la couche arable sablonneuse. D’ouest en est, les sols deviennent de plus en plus fins. Et la différence de saveur est assez impressionnante.

Les vins (certification bio en 2018)

Dorli Muhr mise sur la fraîcheur de ses cuvées. Le sol calcaire y apporte sa contributions grâce à un grain crayeux à la minéralité saline qui se loge au cœur d’une matière par ailleurs fruitée et expressive. Depuis 2019 Dorli propose 4 cuvées parcellaires 100% blafränkisch en premier cru  sur le Spitzberg, chacune avec leur nuances mais toutes précises et racées :

  • Ried Spitzerberg-KOBELN Liebkind 2019 1ÖTW
  • Ried Spitzerberg – OBERE SPITZER  1ÖTW
  • Ried Spitzerberg-OBERE ROTERD 2019 1ÖTW
  • Ried Spitzerberg – KRANZEN  1ÖTW

Ce sont des vins d’une exceptionnelle qualité terroir, ils procurent une authentique émotion. D’autres cuvées sont également produites, moins ambitieuses peut-être, avec un rien plus de charme, mais également remarquables de fraîcheur et de finesse. A noter une intéressante cuvée 100% syrah sur calcaire du Spitzberg, sol extrêment rare pour ce cépage : fraîcheur, précision et élégance sont au rendez-vous ici aussi.

 https://dorlimuhr.at/

 www.matthys-wines.be

Laisser un commentaire