Canon ou Fronsac ?

Les deux appellations sont limitrophes et se partagent le même massif de sédiments lacustre et marin dont les sommets culminent à près de 90 mètres. L’appellation Canon Fronsac ne peut être revendiquée que sur deux des sept communes : Saint-Michel de Fronsac et Fronsac.

L’existence parallèle des deux appellations est ancienne. L’appellation Bordeaux Côtes de Fronsac est née officiellement en 1937 et l’appellation Bordeaux Côtes de Canon Fronsac en 1939. Il a été question à plusieurs reprises qu’ils ne fassent plus qu’un, mais ce projet n’a jamais abouti pour différentes raisons, notamment humaines.

Néanmoins, d’un point de vue historique, la désignation de la Côte de Canon est beaucoup plus ancienne que celle de Fronsac, tout simplement parce que s’y trouvaient, dans les siècles précédents, des propriétés de grande réputation et qui à l’époque faisaient la pige aux Saint-Emilionnais.
Mais la raison de cette réputation des vins est due forcément aux composantes du terroir qui constituaient autrefois la quasi unique signature des grands vins.
Or, effectivement, lorsque nous regardons de plus près les variations des terroirs du Fronsadais, nous remarquons des similitudes certaines avec les terroirs de Saint-Emilion.
Sur les plateaux du Fronsadais, nous retrouvons la même distinction que sur le plateau saint-émilionnais, entre le plateau de Saint-Martin à l’ouest (lieu des premiers crus classés, en partie) et le plateau de Saint-Christophe des Bardes. Sur le premier, le calcaire marin affleure, alors que sur le second, il s’enfonce sous un manteau d’argile. Ce sont exactement les différences que nous avons entre la partie du plateau ceinturant Saint-Michel de Fronsac (en A.O.C. Canon Fronsac) et la partie centrale du plateau du Fronsadais : calcaire d’un coté, argiles de l’autre.
De même pour les côtes : celles du Fronsadais entaillent la molasse tout comme à Saint-Emilion ; mais les côtes de Saint-Michel de Fronsac à Fronsac profitent d’une part de l’exposition sud, d’autre part d’une sédimentation superficielle ou d’éboulis provenant du plateau les surplombant, et par conséquent, de dépôts à dominance calcaire, contrairement aux autres côtes en aval du plateau argileux.
Nous pouvons ajouter qu’il existe un fort découpage en combes de cette partie des côtes et que celui-ci crée d’office un microclimat avantageux pour la culture de la vigne.

Fronsac et Canon Fronsac en quelques chiffres

L’appellation Fronsac est la plus grande des deux avec près de 850 hectares ; quant à Canon Fronsac, son vignoble rassemble seulement 300 hectares.
L’ensemble des deux appellations réunit 130 vignerons indépendants et 40 vignerons coopérateurs à la Cave coopérative de Lugon.
Les contraintes techniques de l’appellation portent à 5.000 la densité minimum de pied à l’hectare.
Les rendements moyens sont de l’ordre de 55 hl/ha, soit une production annuelle moyenne d’environ 8 millions de cols.
Le Fronsadais est le pays du merlot (78% de l’encépagement) aux cotés du cabernet franc (13%), du cabernet sauvignon (7%) et du malbec (2%).

Il existe donc bien une distinction, notamment géologique, entre les terroirs de Canon Fronsac et ceux du reste du Fronsadais.
Ceci peut nous permettre de penser que les propriétés de Canon Fronsac, dans la mesure où les vignes sont bien plantées dans les terroirs ci-dessus décrits, ont une prédisposition à produire des grands vins d’une stature et d’une élégance naturelles, à l’inverse des propriétés du reste de la région qui demandent très certainement beaucoup plus de travail pour prétendre au même résultat. J’entends d’ici certains vignerons hurler. Il s’agit bien sûr d’un raccourci et la notion de terroir est un foisonnement de cas particuliers ; nous n’avons d’ailleurs pas parlé des grès ou du plateau calcaire nord…. Mais n’empêche que… au regard des différentes dégustations que j’ai pu mener, et notamment celle-ci, la similitude entre l’expression des vins et leur localisation n’est tout de même pas qu’une coïncidence.

Pour accéder aux autres rubriques « IVV vous fait voir du pays », cliquer ici

Laisser un commentaire