Francesca Nonino, “la grappa è femmina”

“Si le vin est la poésie du sol,
alors, la grappa en est l’âme”.
Mario Soldati

Elu meilleur distillateur au monde par Wine Enthusiast en 2019 – Nonino est LA référence dans le monde de la grappa. Benito et Giannola Nonino ont été les premiers à introduire une grappa mono-cépage, à base de Picolit: The Legendary. C’était en 1973. Avec Francesca Nonino, la sixième génération de Nonino a accédé aux responsabilités dans la firme éponyme.

Johan De Groef : Nonino, c’est donc toute une famille qui écrit l’histoire. Mais qui est Francesca ?

Francesca Nonino : Je suis la première des huit petits-enfants de Benito et Giannola qui soit active dans l’entreprise. J’ai étudié l’économie et les finances, je suis sommelière et bartender certifiée; j’ambitionne également de décrocher le diplôme du WSET. Histoire d’être prise au sérieux.
J’ai grandi dans le monde passionnant des spiritueux. Ma grand-mère m’a fait m’intéresser très tôt à notre distillerie, au travers des histoires qu’elle me racontait. C’était tellement captivant. Et pour la famille Nonino, la grappa est un bien culturel, qui demande de la maturité. On ne boit pas de la grappa, on la déguste. C’est un produit de méditation.

Johan De Groef : «Grappa è femmina», écrivez-vous en italien. La grappa est donc féminine ?

Francesca : J’ai été inspirée par le modèle de femmes qu’ont été ma mère Cristina et ma grand-mère Giannola, qui ont su donner forme à leurs passions. Ce n’était pas évident, mais j’ai ainsi eu la chance de pouvoir étudier l’économie pendant 6 mois à l’université de Séoul ; c’était un vrai défi pour moi. Comme tous les membres de la famille, j’ai toujours été fascinée par les différences culturelles.
Si l’on excepte mon grand-père, le maître-distillateur Benito, Nonino a toujours été géré par des femmes: ma grand-mère, ma mère et mes deux sœurs Elisabetta et Antonella. Le sort a voulu qu’à l’exception de mon frère, tous les petits-enfants soient des filles.
En comparaison avec le profil du consommateur moyen de grappa, celui de nos grappas est aussi plus féminin. Il ne s’agit pas d’eaux-de-feu, avec tout ce que cela suppose d’agressivité, mais plutôt de chaleureux câlins. Nonino, c’est le raffinement, une grappa délicate, un pan de culture. Dans une bouteille de Nonino, nous mettons en œuvre le marc le plus pur, pour lequel nous payons jusqu’à dix fois plus cher, et à l’arrivée, c’est tout un monde à découvrir.

Johan De Groef: En parlant de culture, le prix Nonino est remis chaque année ; et parmi les récipiendaires, on trouve des écrivains, des savants de renom…

Francesca : Ce qui a commencé, il y a 45 ans, comme un prix visant à faire reconnaître les cépages locaux, s’est mué en une célébration de l’identité culturelle et de la diversité. Cinq des gagnants, dont J. Higgs et V.S. Naipaul, ont d’ailleurs reçu par la suite le prix Nobel. Hugo Claus a aussi reçu le prix Nonino (en 2000), de même qu’Harry Mulisch, en 2007. Ce sont là des gens qui repoussent les frontières, qui cultivent les différences et qui respectent la diversité. A ce sujet, il faut lire le discours que Giannola a prononcé à l’occasion de son doctorat honoris Causa à l’Université d’Udine, ou quand elle a reçu le prix Leonardo.

Johan De Groef : Quel est le secret de votre entreprise familiale ? Et quelles entreprises de vin sont-elles pour vous des références ?

Notre secret, c’est de croire en ce que nous faisons. C’est ce qu’on fait mes grands-parents, en faisant de leur cendrillon une reine de la grappa. Au-delà de nos différences d’opinion du quotidien, nous partageons les même valeurs, la même ambition: élaborer la grappa la plus authentique et la plus qualitative possible. L’entreprise Nonino, c’est comme la quatrième fille de Giannola.
Dans le vin, j’admire des domaines familiaux comme ceux de Specogna et de Marco Felluga – Ilaria Felluga appartient comme moi à la 6ème génération dans son entreprise – même si elle est un peu plus jeune. Oui, et il y a aussi Castello di Buttrio. Et j’avoue, ma première idée, c’était Antinori, mais par modestie, je ne pouvais pas les citer en premier…
Johan Degroef: Quels sont vos rêves, au plan professionnel?
J’ai une passion toute particulière pour notre cuvée Legendary Picolit. Alors je voudrais pouvoir devenir moi-même mériter le titre de maître-distillateur. Je veux aussi que la grappa soit servie avec le même respect qu’un grand vin ; que notre grappa figure dans le ‘speed rail’ de tous les bars de bonne notoriété, un acteur important du monde des cocktails. Bref, je voudrais faire ma révolution de la grappa, demain, après-demain…


Johan Degroef : Passionnée comme elle l’est, Francesca a encore bien des choses à raconter. L’avenir de Nonino est assuré.

Et maintenant, place à la dégustation!

Francesca nous a envoyés cinq grappas qui selon elle, représentent bien l’ambition de la maison : être la référence en matière de grappa de qualité supérieure. Nous les avons dégustées dans l’ordre qu’elle avait suggéré, afin de bien nous mettre dans l’”esprit” Nonino.

Grappa Nonino 41°

C’est l’entrée de gamme de la maison, une grappa traditionnelle à base d’une sélection de marcs de cépages autochtones frioulans, blancs et rouges. Pour conserver au maximum les qualités organoleptiques des cépages, ceux-ci sont distillés immédiatement après la fermentation. Puis cette grappa est affinée encore de 6 mois à un an en cuves inox.
Nez légèrement fumé aux notes de pétales de rose et de raisins secs. Puis, doucement, arrivent de la lavande, des baies de genièvre, de la gentiane et même un peu de thym. La bouche nous offre des myrtilles, de l’anis et de la réglisse, puis des amandes, de la poire et des fêves de toka. Voici une grappa à la fois pleine de vivacité, mais sans aucune agressivité, à la charpente gracieuse. Puissance et élégance. Longueur et équilibre. La plus “terrienne” de trois premières grappas dégustées.

Grappa Cru Monovitigno Picolit

Cette légendaire grappa a été créée par Benito et Giannola en décembre 1973, à partir d’un seul cépage local cultivé dans leur propre vignoble, le picolit.
Celle-ci nous offre des arômes de poire, de cédrat, de coing et de figues, rafraîchis par de la menthe et de citronnelle, avec un soupçon de miel d’acacia. L’attaque en bouche est plutôt douce, mais se développe tout en finesse. Voici une grappa subtile et harmonieuse, au raffinement féminin. Riche, opulente, à la fois saline, suave et fraîche, avec une touche d’umami en finale, elle fait la queue de paon pour mieux nous charmer.

Grappa Monovitgeno Il Moscato

Ici, les parfums s’imposent immédiatement au nez – agrumes et zeste de cédrat (mains de bouddha), notamment, suivi de belles épices (estragon, sauge…). La finale, très longue, se fait plus caressante, avec des notes de roses et de vanille.
Après ces trois grappas non passées en bois, nous attaquons les deux suivantes qui, elles, ont vu le fût, et même assez longtemps.

Grappa Monovitegno Lo Chardonnay

Cette grappa à base de chardonnay a été élevée 12 mois en barriques de chêne. Sa robe dorée à de légers reflets verts. Ses arômes très frais évoquent les fleurs blanches, la frangipane, le pain blanc et la vanille. Un peu d’iode et une légère volatile accentuent encore cette impression de fraîcheur.
En bouche, l’attaque est directe, presque sauvage, mais la suite se fait plus suave; séquentielle, elle nous emmène confortablement jusqu’en finale; celle-ci, très longue, semble ne jamais vouloir nous lâcher. Une grappa au profil assez terrien.


Antica Cuvée Riserva Aged 5 Years

Cette grappa est issue de marcs de cabernet, merlot et refosco. Elle passe 5 ans en barriques de chêne, et en fûts de xérès.
Robe cognac. Et c’est d’ailleurs l’arôme d’un cognac que l’on sent au premier nez, avec une légère impression de douceur, suivie très vite de notes d’une impressionnante opulence; celle de gâteaux aux noix, de miel, de cannelle et de clou de girofle; sans oublier du tabac et du cèdre. Et en rétro-olfaction, on passe sur la tarte aux abricots, le fondant au chocolat et la crème brulée
Une grappa pour connaisseurs, sphérique, harmonieuse, où tous les éléments – et il y en a! – semblent en équilibre. Et comme si ce n’était pas suffisant, elle nous offre une finale interminable sur des notes exotiques raffinées. Ce n’est pas pour rien que Francesca parle à son sujet de “grappa de méditation”.

Et pour finir en beauté : l’amer… qu’on voit danser

Amaro Nonino Quintessencia

Ce bitter est réalisé à partir d’un distillat de raisin, où macèrent tout un lot d’épices; il est affiné 12 mois en barriques du Limousin et de Nevers, ainsi que quelques fûts de sherry.
Sa robe sombre cache des fragrances de plantes aromatiques, mêlées de zeste d’orange, avec un léger accent toasté. L’amertume élégante est adoucie par du miel caramélisé. C’est puissant et onctueux à la fois, sur une structure rafraîchissante.
Francesca m’a demandé quelle était préférée des cinq grappas. Jamais la formule “choisir, c’est renoncer” ne m’a semblé si pertinente. Je lui ai donc fait une réponse de Normand: je lui ai dit que j’avais trouvé le Legendary Picolit inoubliable, mais que je n’arrivais pas à me sortir l’Antica de la tête…

www.grappanonino.it
www.bestwhisky.be – www.vins-fins.be – www.drinksco.be  – www.100vins.be – www.vinalgros.be – https://yourwineonline.be

Pour accéder aux autres «Spirits», cliquer ici

Laisser un commentaire