Gloire à Saint Pourçain et à son Tressallier !

03/09/2015 - Son nom est cité dans la fameuse Bataille des Vins (Henri des Andelys, 1225), au même titre que Chablis et Beaune. Alors que beaucoup d’autres terroirs de France aujourd’hui reconnus en sont absents. Ce nom, c’est Saint-Pourçain, petite capitale viticole du Bourbonnais, et capitale mondiale du Tressallier.

Le Tressallier, pour ceux qui l’ignorent (rassurez-vous, il y a des gens très bien qui l’ignorent), le Tressallier, donc, est un des petits frères du Chardonnay (tout comme le Melon de Bougogne et l’Aligoté). Tous ont pour parents le Pinot et le Gouais. D’ailleurs, le Tressallier répond aussi au nom d’Aligoté vert, ou encore de Sacy (dans l’Yonne). Cependant, les gens de Saint Pourçain ont beau jeu de faire remarquer qu’il ne s’agit pas tout à fait des mêmes clones.

280px-Tressallier 1

S’ils sont fiers de leur Tressallier (et à juste titre), on ne peut que s’étonner que leur appellation ne leur laisse pas la possibilité de l’utiliser pur. Ce n’est pas qu’une question de matériel végétal, c’est une question d’identité. D’ailleurs, la tradition de la Loire, région dont Saint Pourçain se revendique, n’est pas celle de l’assemblage, mais plutôt des mono-cépages (melon, chenin, sauvignon ou chardonnay, rarement ensemble); sans compter qu’un cépage original pourrait se révéler demain un bon levier pour la communication, notamment à l’exportation où les varietals restent une clé d’entrée importante pour le choix d’un vin.

m_1075_250_crop_140313205057_vp094ll_leonnard-leroux_

Ajoutez à cela que le Tressallier s’adapte bien aux sols du cru: sables du Bourbonnais (dans le bassin de l’Allier, jadis beaucoup large qu’aujourd’hui), schistes et gneiss d’origine volcaniques à l’ouest de l’aire, et calcaires mêlés d’argile au Centre et au Sud de l’AOP.

Saint Pourçain en chiffres

Surface plantée : 650 ha
Cépages autorisés : Chardonnay, Tressalier, sauvignon, Gamay et Pinot Noir.
Production : environ 32.000 hl (dont ¼ de blanc)

 

Quoi qu’il en soit, pour en avoir dégustés bon nombre lors de l’opération «Ici commence la Loire», au printemps, je peux en témoigner: les Saint Pourçain blancs sont bons, ils sont même surprenants ; il serait dommage de ne pas pouvoir mieux en affirmer et la qualité, et la différence.

Sélection IVV

Domaine Grobot-Barbara

Né il y a vingt ans de l’association d’un vigneron bourguignon, Denis Barara, et d’un local, Elie Grosbot, ce domaine de 9 ha, situé à Montjournal (ça ne s’invente pas) est devenue une des références de l’appellation, notamment pour ses blancs.

Les Maltotes IPP 2013, pour ses arômes citronnés et floraux, sans oublier les fruits tropicaux (ananas), et le côté tranchant de sa bouche – vive, mais pas mordante, car de texture solide, sans oublier une touche de salin en finale.

La cuvée SAS Prince Charles Henri de Lobkowicz 2013.
Ici aussi, les agrumes dominent, mais l’on part très vite vers le miel et les fleurs blanches, la bouche étonne par son gras, sa présence, la finale vous laisse sur une sensation de plénitude, et pourtant, levin est très joyeux aussi.
Officiellement: 70% chardonnay, 30% Tressallier… et cent pour cent Saint Pourçain (mais je ne suis pas de la police).
A noter aussi qu’il s’agissait de vins de 2013 – comme pour la plupart de bons blancs, un peu d’attente permet à l’acidité de mieux se fondre.

Domaine Courtinat

Christophe Courtinat, ancien céréalier, s’est tourné vers la vigne en 1982; son domaine, situé à Saulcet, aux abords immédiats du bourg  de Saint Pourçain, compte aujourd’hui une douzaine hectares.

Domaine Courtinat 2014
Des notes de camomille et de pomme granny smith; une bouche vive, aiguisée, comme on les aime à l’apéritif ; puis on bascule vers un côté plus gourmand.
Le Tressallier semble éclipser le Chardonnay.

Domaine de Bellevue

Le lieu-dit Bellevue se trouve à Meillard, une dizaine de kilomètres au Nord de Saint Pourçain – nous
sommes dans la zone des schistes et gneiss. C’est là que se niche la cave de la famille Pétillat, dont la 4ème génération exploite aujourd’hui 22 hectares de vignes.

Cuvée Origine 2014
Citron, fleurs blanches, beaucoup fraicheur en bouche, voici un vin éminemment désaltérant – c’est quand même mieux que de sucer des cailloux, même volcaniques! Du même producteur, j’ai aussi apprécié la Grande Réserve, dans un style un peu plus gras et beurré.

Famille Laurent

Installée au lieu-dit Montifaud, à Saulcet, depuis plusieurs générations, les Laurent travaillent à trois sur l’exploitation de 27 hectares: le père, la mère et le fils, Damien.

Calnite 2014
Cette cuvée porte le nom des deux types de sols qu’elle assemble : Calcaire et Granite. Côté cépages, elle allie Chardonnay, Tressallier et Sauvignon.
Tout cela nous donne un nez très agrumes (citron pressé), une bouche vive, presque mordante, mais qui réveillera vos apéros, vos viandes blanches ou vos fromages à pâte dure.
www.fruitsdelapassion.be

Gardien Frères

Olivier Gardien exploite un domaine de 21 hectares répartis en deux grandes parcelles: les Agalais (15ha) de sols argilo-sableux et Le Bois Jarry, à dominante d’argiles et de calcaires. La cave se situe entre les deux, à Chassignolles (Besson).

Le Nectar des Fées 2014
C’est la cuvée fruitée, «facile » du domaine, en blanc – au fait, vous aimez les vins « difficiles » ?
Fruitée, elle, l’est (pomme, poire, abricot), mais facile, pas tant que ça ; séduisante, d’accord, mais plus complexe qu’il y paraît.
La bouche prolonge le fuit, ce qui donne une impression de souplesse, de gras ; mais ce vin a aussi un côté tranchant qui réveille les papilles.

Les Terres d’Ocre

Il aurait pu rester à jouer les wine-globe-trotters à l’autre bout du monde, mais Florent Barichard est revenu à Châtel de Neuvre pour monter son domaine (10 hectares) avec l’aide de son oncle et de sa tante. A déguster son blanc, on s’en félicite !

L’Instan T 2014
T pour Tressallier, peut-être? On croit bien l’identifier, en tout cas, dans le subtil mélange de citron et de fleurs blanches, au nez. La bouche, elle, offre du miel et pas mal de gras, avec, filant en finale, quelques amandes… effilées. Vivons l’ «Instan» !

saint-pourcain6

En résumé

Tout ça donne bien envie de retourner sur place. Envie aussi de donner un bon coup de pied dans la fourmilière d’un décret absurde. A part ceux qui ne sauraient pas quoi faire de leur Chardonnay, combien de vignerons à Saint Pourçain n’ont pas envie de libérer leur Tressallier, de pouvoir le vinifier «in purezza», tout à fait officiellement?

Je ne dis pas qu’il faut les y obliger ; je dis qu’il faut les y autoriser.
Tout se passe comme si les règles de l’appellation d’origine visaient à garantir des débouchés pour le Chardonnay, plutôt qu’à mettre en valeur l’originalité de la variété la mieux adaptée au lieu.

J’en appelle aux mânes de l’ampélographe Pierre Viala, qui, en 1890 déjà, disait que le Tressallier est «le» cépage qualitatif de l’Allier.

Hervé Lalau

 

Pour accéder aux autres rubriques “IVV vous fait voir du pays”, cliquer ici

 

Laisser un commentaire