Ils sont des géants mais nous sommes des millions

28/09/2016 - Un cortège de 7000 paysans, artisans de la nourriture, pécheurs, indigènes, activistes et représentants de Slow Food, citoyens provenant de 143 pays ont défilé hier dans l’après-midi dans les rues du centre-ville de Turin, ville qui pendant 5 jours, du 22 au 26 septembre, est la capitale culturelle de la biodiversité alimentaire mondiale, avec la onzième édition de Terra Madre Salone del Gusto pour la première fois réalisé à l’extérieur, dans le cœur de la ville.

Carlo Petrini, président de Slow Food « Le pouvoir des multinationales de l’industrie agroalimentaire croît de plus en plus et les spéculations financières sur notre nourriture conditionnent la vie ainsi que la survie de millions de paysans dans le monde entier. De l’autre côté on note une force émergente qui veux et peux modifier du bas les règles imposées par un système économique qui renverse la vie des plus faible ».

« La récente fusion entre Bayer et Monsanto est un exemple extrêmement grave » affirme José Bové intervenu lors d’une conférence au Théâtre Carignano « puisque nous sommes devant la création d’une entreprise géante qui contrôle à la fois semences, fertilisants, herbicides, pesticides…et médicaments pour guérir les éventuelles conséquences sur la santé des être humains. »

Slow Food travaille quotidiennement avec une multitude de paysans, petits producteurs, associations, mouvements et institutions, dans 160 pays, justement dans le but de renforcer l’économie locale et l’agriculture de petite échelle.

TURIN, ITALY - SEPTEMBER 23: Atmosphere during the Terra Madre Parade during Terra Madre Festival by Slow Food on September 23, 2016 in Turin, Italy. (Photo by Tullio M. Puglia/Getty Images for Slow Food Terra Madre)

L’humanité de Terra Madre est descendue dans les rues pour affirmer que notre nourriture ne peux pas dépendre de décisions prise dans les locaux de conseils d’administrations qui ne sont intéressés qu’aux profits et dividendes. Avant le cortège, au Théâtre Carignano, s’est déroulé une cérémonie à laquelle ont participé le Président de la République Sergio Mattarella, qui a rendu hommage aux délégués de Terra Madre.

Parmi eux, la mexicaine Dalì Nolasco Cruz, indigène Nahua, coordinatrice de la Sentinelle du piment serrano de Tlaola, Mexique : « Nous avons sauvé cette variété traditionnelle et nous l’avons transformé en alternative économique pour les paysannes indigène de notre communauté. Paysannes qui depuis toujours ont souffert d’une triple discrimination: pour être femme, pour être indigène et pour être pauvre ».

Le monde de l’agriculture est composé de multinationales, mais aussi de plus de 500 millions d’entreprises agricoles qui tous les jours luttent pour la défense de la biodiversité, encouragent l’usage de semences autochtones, agissent localement dans le but de développer des économies saines et propre.

Ces multitudes encouragent concrètement un model alternatif, délimite des futurs possibles dont la souveraineté alimentaire est réalisé et partagé, dans lequel la nourriture n’est pas esclave d’un marché sans visage et sans freins.

Ils sont surement des géants, sans aucun doute, mais nous, nous somme des millions !

TURIN, ITALY - SEPTEMBER 23: Carlo Petrin, founder of Slow Food, attends the Terra Madre Parade during Terra Madre Festival by Slow Food on September 23, 2016 in Turin, Italy. (Photo by Tullio M. Puglia/Getty Images for Slow Food Terra Madre) *** Local Caption *** Carlo Petrin

Pour les autres News cliquer ici

 

Laisser un commentaire