Le Macchiole, pionnier à Bolgheri

La Tenuta Le Macchiole a été l’une des premières à être établie à Bolgheri, en Alta Maremma, sur la côte étrusque, à environ 100 kilomètres de Florence et à seulement 5 kilomètres de la mer. C’est là qu’Eugenio Campolmi et sa femme, Cinzia Merli, ont décidé de poursuivre leur rêve en 1983.

Eugenio a quitté son entreprise familiale et a acheté quelques hectares de terrain dans une région qui, à l’époque, n’était connue que pour sa proximité avec la mer et sa production de fruits et légumes. L’idée était simple mais claire : commencer par les vignobles, tout investir dans la recherche et l’expérimentation, et planter des variétés rares à Bolgheri. « Je me souviens encore de la première fois que j’ai visité la propriété », dit Cinzia, qui dirige la cave aujourd’hui avec ses deux fils, Elia et Mattia. « C’était une étendue incroyable de champs de céréales et d’oliviers. Il n’y avait que quelques vignobles à l’époque, tout comme il y avait peu de caves. Eugenio et moi avons commencé quasi sans ressources, créant un projet qui évolue encore aujourd’hui. « Le premier vin produit par Eugenio et Cia est sorti en 1987, suivi par Paleo Rosso en 1989 ; c’était le premier vin étiqueté comme Le Macchiole. Les années 1990 ont été vitales en termes de conception : une meilleure compréhension du terroir environnant, la décision d’introduire des plantations à haute densité et la décision innovante mais risquée de produire des vins monovariétaux. Risquée car les vins produits dans la zone de Bolgheri à l’époque résultaient de l’assemblage de cépages bordelais essentiellement. Le choix de se concentrer entièrement sur des vins monovariétaux devait permettre selon Le Macchiole d’exprimer tout le potentiel de Bolgheri en tant que région viticole.

Le terroir

La disparition prématurée d’Eugenio n’a pas mis fin à son rêve. Sa femme Cinzia, avec l’aide de l’œnologue Luca Rettondini décidèrent de poursuivre son aventure. Le travail de cette propriété se passe essentiellement dans la vigne. Ici, la philosophie est le respect des cycles naturels de la vie. Les 30 hectares sont travaillés en agriculture biologique mettant en avant deux types de sols. Une partie est composée d’une abondante structure d’argile, de sable et de calcaire, l’autre est composée d’argiles profondes. L’identification du terroir de chaque parcelle a permis de planter chaque cépage sur la terre et le climat qui lui correspondent le mieux. Le Macchiole est un précurseur en viticulture. Le domaine fut parmi les premiers à augmenter la densité de plantation à 10 000 pieds hectare et à réduire drastiquement les rendements pour obtenir chaque année la meilleure qualité possible.


Les vins

Le résultat de ce travail dans le vignoble est la production de 5 cuvées. En entrée de gamme, « Bolgheri « (Merlot, Cabernet, Syrah) est élevé 11 mois en fûts de 2 à 3 vins. En blanc, on propose une seule cuvée « Paleo Bianco « (Sauvignon Blanc et Chardonnay), 7 mois d’élevage dont 30% de barriques neuves.

Les 3 grandes cuvées sont élevées 20 mois en barriques dont 75% de renouvellement annuel en bois neufs :

  • « Messorio » est un terme italien déterminant le bon moment pour récolter. Cette cuvée est 100% Merlot, cépage le plus répandu sur Bolgheri. Les vignes proviennent de 2 parcelles plantées en 1993 et 1999.
  • La cuvée « Scrio » est née en 1994 pour produire la plus pure version du cépage préféré d’Eugenio Campolmi, la Syrah. Les vignes sont situées sur 2 parcelles, Puntone (plantée en 1993) et Madonnina (plantée en 2002). En italien, « Scrio » est synonyme de pureté et de sincérité.
  • Paleo fait référence à la « Festuca Pratensis » une plante qui pousse naturellement sur la côte Toscane. La cuvée est 100% Cabernet Franc, issue de 4 parcelles plantées entre 1993 et 2002.


La dégustation

Je n’ai pas dégusté les cuvées monocépages syrah et merlot mais bien le cabernet franc Paleo Rosso. Ainsi qu’une une intéressante mini verticale de Bolgheri Rosso, leur seul rouge d’assemblage, élevé pour 80% en barriques non neuves. Elle a permis de distinguer un effet climat divergent de millésime en millésime sur les vins. Ceux-ci ont beau être toscans, ils diffèrent profondément des Chianti, Classico ou non. Terroirs différents, climat différent, horizons différents et bien sûr encépagement différent : les tanins du sangiovese ne sont pas faciles à dompter au cœur de la Toscane alors que les cépages de la Maremma maritime offrent une tanicité moins serrée, moins ferme. Le soleil, la chaleur et la mer leurs donnent un style plus méditerranéen.

  • Bolghero Rosso 2015
    60% merlot, 20 cab. franc, 10 cab. sauvignon, 10 syrah
    Une année à alternance de chaleur en juillet, fraîcheur et pluie en août et de bonnes conditions pour les vendanges de septembre a résulté en des raisins équilibrés et de bonne maturité. Le nez est plaisant avec des arômes de cassis, de cerise noire, de pruneau macéré et d’épices douces. En bouche les tanins sont fourrés, l’acidité est mûre et bien intégrée. Un bémol toutefois, la matière manque quelque peu de profondeur et donc la finale se montre moyennement persistante.
  • Bolghero Rosso 2016
    50% merlot, 20 cab. franc, 15 cab. sauvignon, 15 syrah
    Un millésime sans soucis, croissance régulière et bonne maturité des raisins au final. Ni pluie ni chaleur excessive. On trouve ici d’avantage de finesse dans une matière juteuse, à l’acidité bien marquée mais aux tanins doux, alliance d’équilibre et de maturité de fruit noir.
  • Bolgheri Rosso 2018
    40% merlot, 20% de chacun des trois autres cépages
    Une année à mildiou en raison des pluies de l’hiver et du printemps, et aussi de croissance végétale rapide. Il a fallu vendanger en vert. De la chaleur en été. Ce qui se marque dans une matière riche, avec une acidité plus mûre. La bouche se développe en rondeur et puissance, les tanins sont suaves, le sirop de cassis et les épices marquent le nez et le palais.
  • Bolgheri Rosso 2019
    50% merlot, 20 cab. franc, 20 cab. sauvignon, 10 syrah
    Un climat sans chaleur excessive, avec un développement des grappes lent et long. A l’arrivée, un millésime produisant une forme de classicisme pour la région avec un profil vertical en lien avec une acidité marquée, des arômes de jus de cassis, de menthol et d’épices. On parlera ici d ’élégance et de précision plutôt que de puissance.
  • Paleo Rosso 2017
    Un millésime sec et venteux sans pluie en été a rendu l’irrigation indispensable, tant aérienne durant la nuit qu’au sol en journée. On aurait dès lors pu craindre des tanins fermes voire secs. Il n’en est rien, le vin n’est ni lourd ni puissant dans une bouche juteuse, plutôt verticale, d’une agréable fraîcheur minérale. Au nez, de petits fruits noirs macérés, de la réglisse, du menthol, de l’eucalyptus. La longueur est moyenne sur un petit amer tanique. Selon la propriétaire, le cab franc se plaît beaucoup en Maremma. La ou les raisons demanderaient plus d’explications que celle fournies : sols ? bise de mer ? soleil ? altitude… ?

www.lemacchiole.it/en
LICATA viniGREEN VALLEY –  MARISA  OSTENDE – 
IL DIVINO DI MILANO 

Laisser un commentaire