Les bulles et la boue

Début août, une coulée de boue tuait 4 personnes et en blessait 8, dans le petit village vénitien de Molinetto della Croda di Refrontolo. Si cette triste nouvelle nous concerne comme êtres humains, elle nous interpelle aussi en tant qu’oenophiles, car cette jolie bourgade se trouve au coeur de la DOCG Conegliano Valdobbiadene Prosecco Superiore.

Le dôme de Trévise

Et des voix se lèvent déjà pour dire que cette coulée de boue, due à une forte pluviométrie, n’aurait jamais pris ces proportions désastreuses et meurtrières si le vignoble n’avait pas été restructuré pour plus de productivité.
En clair, si l’écoulement de l’eau (ou son absorption) n’avait pas été modifié par la déforestation de certaines collines et la constitution de très grandes parcelles de vignes, plus faciles à travailler.
Ah, l’appât du gain! Certains locaux, qui ne manquent pas d’humour, disent qu’avec le succès du Prosecco à l’export, «si l’on pouvait planter de la vigne sur le dôme de la cathédrale de Trévise, on l’aurait déjà fait !»

« Vitiformation »

La vigne et les vignerons ont sculpté bien des paysages dans le monde – certains n’existent même, sous la forme qu’on leur connaît, que grâce à la viticulture, et même l’UNESCO leur rend hommage. Pensez à Lavaux, à Banyuls, aux Cinque Terre, à la Côte Rôtie, au Douro, à Madère… Mais se pourrait-il qu’aujourd’hui, au temps des bulldozers, des tractopelles, cette «vitiformation» se fasse trop vite et trop fort?

522221_10151317978942209_174009016_n

Devons-nous renoncer à notre verre de Prosecco Superiore (DOCG, s’il vous plaît) en attendant que l’on annonce des mesures de protection des sols? A ce propos, une DOCG digne de ce nom, avec tout le lien au terroir que cela suppose, ne devrait-elle pas inclure dans son règlement un petit chapitre sur le respect de l’environnement?

Hervé Lalau

Laisser un commentaire