Les crus de l’Anjou blanc : ne pas perdre le chenin.

Le chenin est l’un des plus grands cépages blancs du monde. Véritable révélateur de terroir, il permet aux vignerons travaillant dans ce sens de nous faire goûter aux différents terroirs ligériens dans leur spécificité de structure et de profil car il transmet à ses raisins les sols dont il est issu. Cépage plastique par excellence, il laisse d’abord s’exprimer son lieu de naissance.

Co-président du syndicat  Anjou Blanc, Patrick Baudouin, vigneron à Chaudefonds-sur-Layon, dessine la situation actuelle de ce cépage en Anjou: « Les surfaces plantées de chenin blanc ont diminué de moitié depuis les années 1950, et les blancs secs d’appellation  représentent aujourd’hui moins de 20 % de la zone. La production d’Anjou est pour moitié une production de rosé. A leur création, dans les années 50, les appellations de chenin en Anjou parlaient terroir, vignerons, amateurs de vins, et n’enfermaient pas le chenin dans des vins moelleux et liquoreux. A partir des années 90, ceux-ci se sont imposés. Or le modèle économique de ces vins avec sucre important est désormais à bout de souffle ».

D’où la naissance d’un projet de crus en blanc sec pour éviter de marginaliser, voire de perdre ce merveilleux cépage.

Le projet des crus d’Anjou blanc sec

Son étude a été lancée il y a 20 ans par une réflexion d’ensemble sur la problématique, menée sous l’impulsion du même Patrick Baudouin. Il s’agissait de redonner ses lettres de noblesse à l’expression mixte du chenin sur des terroirs qui sont capables de produire à la fois des secs, des demi-secs et des liquoreux même si la zone du Layon a connu une première renaissance à partir de 1988, grâce à la production de liquoreux de terroirs, sans chaptalisation. Les vignerons se sont appliqués, ils ont étudié et ont ainsi redécouvert la capacité du chenin à produire aussi de grands blancs secs différents les uns des autres en fonction des millésimes et des lieux-dits. A l’aboutissement de ce long travail, un cahier des charges spécifique aux crus a été élaboré et voté par des vignerons: encépagement 100% chenin, degré minimum plus élevé en l’absence de toute chaptalisation, vendange manuelle, élevage prolongé et sélection des parcelles.

Cinq terroirs en Crus

Ce travail de réflexion approfondie a donc conduit des vignerons à définir des crus autour de lieux-dits qualitatifs, qui reprennent à la fois le patrimoine historique de connaissances des parcelles et les acquis plus récents de la cellule terroir de l’INRA d’Angers. Un dossier a été déposé auprès de l’INAO en vue de la reconnaissance de 5 Crus.  

Le plus vaste, Montchenin, s’étend sur 63 ha et regroupe 8 vignerons. Le plus petit est La Tuffière, une sorte d’exception viticole de 2,43 ha implantée sur la rive nord de la Loire, dans le Baugeois, et exploitée par un seul vigneron.  Les Bonnes Blanches couvre une surface de 11 ha travaillés par 5 producteurs.  Quatrième territoire, Ardenay recouvre un lieu-dit de 13 ha que se partagent 3 vignerons. Enfin, le projet inclut aussi Les Treilles, 2,7 ha à Beaulieu sur Layon, parcelle rendue célèbre par l’œuvre de Jo Pithon mais aujourd’hui dans les mains d’Ivan Massonat (Domaine Belargus).

Dans un avenir plus ou moins proches d’autres zones devraient également entrer dans ce projet en introduisant leurs dossiers de reconnaissance en cru auprès de l’INAO.

Laisser un commentaire