Slow Food lance un Observatoire de la Biodiversité

23/10/2015 - « Le rapport de mi-parcours de la Commission européenne sur la biodiversité présente un panorama alarmant »

fondazione-slowfood-en

La Commission européenne a récemment publié un rapport de mi-parcours sur la biodiversité en Europe. Le document de 18 pages conclut que, malgré l’engagement des États membres en 2011, aucune amélioration n’a été constatée ces quatre dernières années sur l’état de la biodiversité des habitats liés à l’agriculture et aucun progrès n’a été fait pour atteindre les objectifs fixés pour 2020.

En l’occurrence, 77% des habitats européens sont toujours dans une situation inquiétante et 56% des espèces (végétales et animales) courent un risque de disparition.

Le récent rapport de la Commission européenne met en évidence l’insuffisance des mesures prises et pointe l’agriculture intensive comme l’une des causes majeures de l’altération de la biodiversité.

La diminution actuelle de biodiversité peut conduire à l’extinction d’une espèce sur 10 d’ici à la fin du siècle. D’après les chercheurs, nous traversons actuellement la sixième extinction de masse de l’histoire de la Terre et les activités humaines en sont la cause principale.

DIRT_photo_select_03

Piero Sardo, président de la Fondation Slow Food pour la Biodiversité, rappelle les faits suivants :
« Slow Food œuvre à préserver la biodiversité agroalimentaire depuis plus de 15 ans. Avec ses projets des Sentinelles et de l’Arche du Goût, le mouvement a obtenu des résultats concrets dans de nombreux pays du monde, comme l’attestent des recherches menées avec les universités de Turin et Palerme. Mais il s’agit d’une goutte d’eau dans l’océan et nous devons clamer haut et fort qu’une véritable révolution culturelle est nécessaire : cette situation désastreuse peut encore être inversée, mais seulement si nous changeons tous nos habitudes de consommation. Dès aujourd’hui, nous franchissons une nouvelle étape pour réagir à une situation d’extrême urgence : Slow Food crée un Observatoire de l’agrobiodiversité, à travers lequel nous chercherons à informer de manière simple et accessible, braquer les projecteurs sur les situations problématiques, indiquer les solutions possibles et mettre en avant les résultats positifs déjà obtenus, de manière à ce que les expériences vertueuses puissent être reproduisibles et adaptables aux différents contextes locaux. La prise de position entre deux modèles de production doit être sans équivoque : la production agroalimentaire intensive est la cause principale de la perte de biodiversité. Un modèle d’agriculture multifonctionnelle, polyvalente et de petite taille est quant à lui capable de conserver, sur le long terme, la qualité et le renouvellement des ressources naturelles, de préserver la biodiversité et de garantir l’intégrité des écosystèmes.»

Pour visualiser la page web de l’Observatoire de la Biodiversité de Slow Food, suivez ce lien : http://www.fondazioneslowfood.com/en/our-themes/biodiversity/monitoring-biodiversity/

slowfood

http://www.slowfood.com/

Slow Food rassemble plus d’un million d’individus passionnés et dédiés à l’alimentation bonne, propre et juste : chefs, jeunes, activistes, exploitants, pêcheurs, experts et universitaires en plus de 158 pays. Le réseau compte 100 000 membres Slow Food rattachés à 1500 antennes locales du monde entier (appelées Conviviums) qui contribuent au mouvement grâce aux adhésions, mais aussi aux événements et campagnes qu’elles organisent sans oublier les 2500 communautés de la nourriture Terra Madre qui produisent, à petite échelle et de manière durable, des aliments de qualité.

Pour accéder aux autres news, cliquer ici

 

04-encart_INVINOVERITAS_960x180px_04B

Laisser un commentaire