Terra Madre Salone del Gusto 2020

26/06/2020 - Le plus grand évènement international de Slow Food consacré à une alimentation bonne, propre et juste pour tous est de retour à Turin (Italie). Du 8 au 12 octobre

C’est parti ! L’organisation de la treizième édition de Terra Madre Salone del Gusto qui aura lieu à Turin au sein du Lingotto Fiere du 8 au 12 octobre 2020 a déjà commencé.

Le plus grand évènement international consacré à l’alimentation, à l’environnement, à l’agriculture et aux politiques alimentaires, organisé par Slow Food, la région Piémont et la ville de Turin se réinvente pour cette nouvelle édition : l’espace sera réorganisé pour transformer l’expérience des visiteurs et multiplier les opportunités de rencontrer ceux qui travaillent chaque jour pour changer l’avenir de notre alimentation dans une approche de durabilité environnementale, sociale et économique. Pour préparer cet avenir, Slow Food mobilise dès maintenant les militants, jeunes, producteurs, chefs, experts, académiciens, délégués et partenaires qui ont participé aux éditions précédentes pour rassembler leurs idées et propositions, leurs projets et leurs énergies.

Pour l’édition 2020, Slow Food a repensé toute la disposition de l’évènement, pour mettre sur le devant de la scène les écosystèmes et leurs fragilités, ainsi que les solutions concrètes déjà expérimentées par le réseau aux quatre coins du monde. Dans un contexte historique critique de montée des mouvements nationalistes et de réapparition de murs et barbelés à certaines frontières, l’espace et les parcours de visites de l’évènement seront placés sous le signe de l’ouverture et organisés autour des caractéristiques environnementales des territoires, privilégiant les éléments physiques, écologiques et culturels liés à l’alimentation, de la production en passant par la transformation artisanale jusqu’au plat cuisiné, reléguant au deuxième plan les frontières politiques. Cette nouvelle répartition met fin à la division traditionnelle entre les exposants du marché italien et ceux du reste du monde (sous-divisés par région et par pays) en proposant un parcours de visite qui dirigera le public vers les différents écosystèmes, afin d’explorer une nouvelle géographie alimentaire :

  • les régions de collines et de montagnes, avec leurs produits et leurs projets liés à la protection du territoire ;
  • les communautés côtières et les eaux intérieures, impliquées dans la protection des eaux maritimes, fleuves, lacs ainsi que de la pêche durable et de la lutte contre la pollution ;
  • le tissu urbain et son lien avec les zones rurales par le biais des potagers, des marchés de producteurs et des groupements d’achat ;
  • les plaines, qui valorisent l’agroécologie comme un moyen de lutter contre la monoculture, la désertification et la déforestation.

Au sein de ces quatre espaces, les visiteurs retrouveront des délégués et exposants venus du monde entier, des Alpes à la Cordillère des Andes en passant par la Mer du Nord et les grands fleuves européens, des nouveaux villages Slow Food aux grandes villes innovantes, de la plaine padane à la savane africaine.

Les débats et échanges entre les délégués qui ponctueront la manifestation se nourriront des questions discutées dans le cadre du VIIIe Congrès international de Slow Food qui aura lieu à Turin aux mêmes dates que Terra Madre Salone del Gusto.

Selon Paolo di Croce, Secrétaire général de Slow Food, « la crise environnementale et climatique que nous traversons actuellement, et l’objectif ambitieux d’amorcer une transition dans les dix prochaines années (comme le soulignent les Nations unies), associées à cet anniversaire historique pour Slow Food feront de la prochaine édition de Terra Madre un rendez-vous exceptionnel, peut-être le plus important parmi tous ceux que nous avons organisés jusqu’à présent. »

En 2018, Terra Madre Salone del Gusto a accueilli 220 000 visiteurs, 7 000 délégués venus de 150 pays, 1 000 exposants de 83 pays, dont 150 Sentinelles Slow Food italiennes et 103 Sentinelles de 42 autres pays, 50 organisations italiennes et 20 internationales. Les délégués participants ont quant à eux rassemblé 1000 jeunes, 230 représentants des communautés de migrants de toute l’Italie, 340 représentants de populations indigènes, 350 universitaires e 150 chefs venus des cinq continents. Sans oublier les 1 000 bénévoles essentiels au bon déroulement de chacune des éditions. Tout le Piémont a vécu au rythme de la manifestation, grâce aux 120 villes partenaires de Terra Madre qui ont accueilli plus de 1 600 délégués.

Terra Madre Salone del Gusto est un évènement biennal, mais son chantier d’idées et de projets est permanent : la conception de l’édition de 2020 a commencé dès la fin de l’édition précédente, et les activités du réseau Slow Food organisées pendant toute l’année 2019 se sont fortement inspirées du dernier rendez-vous turinois. Les bénéfices de la vente de billets de l’édition 2018 (obtenus après déduction des frais de gestion) ont été reversés au réseau de Slow Food Afrique afin de couvrir partiellement les coûts de participation de leurs délégués. 250 000 euros ont ainsi été remis à la Fondation Slow Food pour la Biodiversité Onlus, afin de contribuer au financement des nombreux projets en cours sur le continent africain : les jardins potagers, les Sentinelles Slow Food, l’Arche du Goût, les Marchés de la Terre, l’Alliance Slow Food des Chefs et les Communautés Slow Food, qui impliquent environ 60 000 personnes, dont des producteurs, chefs, agronomes, vétérinaires et jeunes militants, dans 45 pays différents. En 2019, la création de 40 Communautés a permis d’impliquer environ 600 nouveaux militants, permettant notamment de renforcer les réseaux Slow Food des populations indigènes et les réseaux de jeunes.  Environ 200 nouveaux jardins potagers ont été créés en Ouganda, au Kenya, en Afrique du Sud, au Burkina Faso, en Tunisie, au Sénégal, en Tanzanie, au Rwanda, au Bénin, au Maroc et au Malawi. Certains projets ont permis d’ajouter de nouveaux produits à l’Arche du Goût et de créer des marchés à différents endroits, dont un Marché de la Terre en Tanzanie. De nombreuses activités de formation sur les pratiques agroécologiques ont été mises en place dans les pays concernés par l’ouverture des potagers.

En matière de durabilité de l’évènement, le projet de recherche appliquée Systemic Event Design (SEeD) mis au point par l’Université des Sciences gastronomiques (UNISG) a été réutilisé lors de l’édition 2018. Conçu en 2006, SEeD a développé, au fil des ans, l’objectif de définir de nouveaux critères de qualité globale pour le salon, en réduisant l’empreinte environnementale et en valorisant l’impact économique et culturel généré sur le territoire. L’initiative parrainée par l’ASviS (Alliance italienne pour le développement durable) s’est concentrée sur les 17 Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations unies, en développant 82 actions concrètes à l’intérieur de la manifestation, grâce à la contribution de 3 établissements italiens (l’Université des sciences gastronomiques de Pollenzo, l’Université de Turin et l’École polytechnique de Turin), 8 centres de recherche (dont la Systemic Approach Foundation et l’office de tourisme Turismo Torino e Provincia), 7 partenaires durabilité et 65 entreprises. Parmi les données les plus marquantes, on retient les chiffres de l’économie circulaire avec un tri sélectif de 84,40 % des déchets (multiplié par 5 par rapport à 2006), notamment concernant l’huile utilisée (736 litres) qui aurait contaminé 736 millions de litres d’eau si elle n’avait pas été correctement jetée, et les produits alimentaires (1 834 kg) récupérés et donnés à des associations et des personnes dans le besoin. Parmi les actions clés en matière de durabilité environnementale et sociale, des colonnes d’eau fournies par le réseau de la SMAT on permis de fournir 19 000 litres d’eau, économisant ainsi 38 000 bouteilles en plastiques de 50 cl et des espaces bébés ont été mis à disposition, utilisés par plus de 1 800 familles.

Lien vers la présentation de Terra Madre Salone del Gusto 2020

C’est parti ! L’organisation de la treizième édition de Terra Madre Salone del Gusto qui aura lieu à Turin au sein du Lingotto Fiere du 8 au 12 octobre 2020 a déjà commencé.

Le plus grand évènement international consacré à l’alimentation, à l’environnement, à l’agriculture et aux politiques alimentaires, organisé par Slow Food, la région Piémont et la ville de Turin se réinvente pour cette nouvelle édition : l’espace sera réorganisé pour transformer l’expérience des visiteurs et multiplier les opportunités de rencontrer ceux qui travaillent chaque jour pour changer l’avenir de notre alimentation dans une approche de durabilité environnementale, sociale et économique. Pour préparer cet avenir, Slow Food mobilise dès maintenant les militants, jeunes, producteurs, chefs, experts, académiciens, délégués et partenaires qui ont participé aux éditions précédentes pour rassembler leurs idées et propositions, leurs projets et leurs énergies.

Pour l’édition 2020, Slow Food a repensé toute la disposition de l’évènement, pour mettre sur le devant de la scène les écosystèmes et leurs fragilités, ainsi que les solutions concrètes déjà expérimentées par le réseau aux quatre coins du monde. Dans un contexte historique critique de montée des mouvements nationalistes et de réapparition de murs et barbelés à certaines frontières, l’espace et les parcours de visites de l’évènement seront placés sous le signe de l’ouverture et organisés autour des caractéristiques environnementales des territoires, privilégiant les éléments physiques, écologiques et culturels liés à l’alimentation, de la production en passant par la transformation artisanale jusqu’au plat cuisiné, reléguant au deuxième plan les frontières politiques. Cette nouvelle répartition met fin à la division traditionnelle entre les exposants du marché italien et ceux du reste du monde (sous-divisés par région et par pays) en proposant un parcours de visite qui dirigera le public vers les différents écosystèmes, afin d’explorer une nouvelle géographie alimentaire :

  • les régions de collines et de montagnes, avec leurs produits et leurs projets liés à la protection du territoire ;
  • les communautés côtières et les eaux intérieures, impliquées dans la protection des eaux maritimes, fleuves, lacs ainsi que de la pêche durable et de la lutte contre la pollution ;
  • le tissu urbain et son lien avec les zones rurales par le biais des potagers, des marchés de producteurs et des groupements d’achat ;
  • les plaines, qui valorisent l’agroécologie comme un moyen de lutter contre la monoculture, la désertification et la déforestation.

Au sein de ces quatre espaces, les visiteurs retrouveront des délégués et exposants venus du monde entier, des Alpes à la Cordillère des Andes en passant par la Mer du Nord et les grands fleuves européens, des nouveaux villages Slow Food aux grandes villes innovantes, de la plaine padane à la savane africaine.

Les débats et échanges entre les délégués qui ponctueront la manifestation se nourriront des questions discutées dans le cadre du VIIIe Congrès international de Slow Food qui aura lieu à Turin aux mêmes dates que Terra Madre Salone del Gusto.

Selon Paolo di Croce, Secrétaire général de Slow Food, « la crise environnementale et climatique que nous traversons actuellement, et l’objectif ambitieux d’amorcer une transition dans les dix prochaines années (comme le soulignent les Nations unies), associées à cet anniversaire historique pour Slow Food feront de la prochaine édition de Terra Madre un rendez-vous exceptionnel, peut-être le plus important parmi tous ceux que nous avons organisés jusqu’à présent. »

En 2018, Terra Madre Salone del Gusto a accueilli 220 000 visiteurs, 7 000 délégués venus de 150 pays, 1 000 exposants de 83 pays, dont 150 Sentinelles Slow Food italiennes et 103 Sentinelles de 42 autres pays, 50 organisations italiennes et 20 internationales. Les délégués participants ont quant à eux rassemblé 1000 jeunes, 230 représentants des communautés de migrants de toute l’Italie, 340 représentants de populations indigènes, 350 universitaires e 150 chefs venus des cinq continents. Sans oublier les 1 000 bénévoles essentiels au bon déroulement de chacune des éditions. Tout le Piémont a vécu au rythme de la manifestation, grâce aux 120 villes partenaires de Terra Madre qui ont accueilli plus de 1 600 délégués.

Terra Madre Salone del Gusto est un évènement biennal, mais son chantier d’idées et de projets est permanent : la conception de l’édition de 2020 a commencé dès la fin de l’édition précédente, et les activités du réseau Slow Food organisées pendant toute l’année 2019 se sont fortement inspirées du dernier rendez-vous turinois. Les bénéfices de la vente de billets de l’édition 2018 (obtenus après déduction des frais de gestion) ont été reversés au réseau de Slow Food Afrique afin de couvrir partiellement les coûts de participation de leurs délégués. 250 000 euros ont ainsi été remis à la Fondation Slow Food pour la Biodiversité Onlus, afin de contribuer au financement des nombreux projets en cours sur le continent africain : les jardins potagers, les Sentinelles Slow Food, l’Arche du Goût, les Marchés de la Terre, l’Alliance Slow Food des Chefs et les Communautés Slow Food, qui impliquent environ 60 000 personnes, dont des producteurs, chefs, agronomes, vétérinaires et jeunes militants, dans 45 pays différents. En 2019, la création de 40 Communautés a permis d’impliquer environ 600 nouveaux militants, permettant notamment de renforcer les réseaux Slow Food des populations indigènes et les réseaux de jeunes.  Environ 200 nouveaux jardins potagers ont été créés en Ouganda, au Kenya, en Afrique du Sud, au Burkina Faso, en Tunisie, au Sénégal, en Tanzanie, au Rwanda, au Bénin, au Maroc et au Malawi. Certains projets ont permis d’ajouter de nouveaux produits à l’Arche du Goût et de créer des marchés à différents endroits, dont un Marché de la Terre en Tanzanie. De nombreuses activités de formation sur les pratiques agroécologiques ont été mises en place dans les pays concernés par l’ouverture des potagers.

En matière de durabilité de l’évènement, le projet de recherche appliquée Systemic Event Design (SEeD) mis au point par l’Université des Sciences gastronomiques (UNISG) a été réutilisé lors de l’édition 2018. Conçu en 2006, SEeD a développé, au fil des ans, l’objectif de définir de nouveaux critères de qualité globale pour le salon, en réduisant l’empreinte environnementale et en valorisant l’impact économique et culturel généré sur le territoire. L’initiative parrainée par l’ASviS (Alliance italienne pour le développement durable) s’est concentrée sur les 17 Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations unies, en développant 82 actions concrètes à l’intérieur de la manifestation, grâce à la contribution de 3 établissements italiens (l’Université des sciences gastronomiques de Pollenzo, l’Université de Turin et l’École polytechnique de Turin), 8 centres de recherche (dont la Systemic Approach Foundation et l’office de tourisme Turismo Torino e Provincia), 7 partenaires durabilité et 65 entreprises. Parmi les données les plus marquantes, on retient les chiffres de l’économie circulaire avec un tri sélectif de 84,40 % des déchets (multiplié par 5 par rapport à 2006), notamment concernant l’huile utilisée (736 litres) qui aurait contaminé 736 millions de litres d’eau si elle n’avait pas été correctement jetée, et les produits alimentaires (1 834 kg) récupérés et donnés à des associations et des personnes dans le besoin. Parmi les actions clés en matière de durabilité environnementale et sociale, des colonnes d’eau fournies par le réseau de la SMAT on permis de fournir 19 000 litres d’eau, économisant ainsi 38 000 bouteilles en plastiques de 50 cl et des espaces bébés ont été mis à disposition, utilisés par plus de 1 800 familles.

Lien vers la présentation de Terra Madre Salone del Gusto 2020

C’est parti ! L’organisation de la treizième édition de Terra Madre Salone del Gusto qui aura lieu à Turin au sein du Lingotto Fiere du 8 au 12 octobre 2020 a déjà commencé.

Le plus grand évènement international consacré à l’alimentation, à l’environnement, à l’agriculture et aux politiques alimentaires, organisé par Slow Food, la région Piémont et la ville de Turin se réinvente pour cette nouvelle édition : l’espace sera réorganisé pour transformer l’expérience des visiteurs et multiplier les opportunités de rencontrer ceux qui travaillent chaque jour pour changer l’avenir de notre alimentation dans une approche de durabilité environnementale, sociale et économique. Pour préparer cet avenir, Slow Food mobilise dès maintenant les militants, jeunes, producteurs, chefs, experts, académiciens, délégués et partenaires qui ont participé aux éditions précédentes pour rassembler leurs idées et propositions, leurs projets et leurs énergies.

Pour l’édition 2020, Slow Food a repensé toute la disposition de l’évènement, pour mettre sur le devant de la scène les écosystèmes et leurs fragilités, ainsi que les solutions concrètes déjà expérimentées par le réseau aux quatre coins du monde. Dans un contexte historique critique de montée des mouvements nationalistes et de réapparition de murs et barbelés à certaines frontières, l’espace et les parcours de visites de l’évènement seront placés sous le signe de l’ouverture et organisés autour des caractéristiques environnementales des territoires, privilégiant les éléments physiques, écologiques et culturels liés à l’alimentation, de la production en passant par la transformation artisanale jusqu’au plat cuisiné, reléguant au deuxième plan les frontières politiques. Cette nouvelle répartition met fin à la division traditionnelle entre les exposants du marché italien et ceux du reste du monde (sous-divisés par région et par pays) en proposant un parcours de visite qui dirigera le public vers les différents écosystèmes, afin d’explorer une nouvelle géographie alimentaire :

  • les régions de collines et de montagnes, avec leurs produits et leurs projets liés à la protection du territoire ;
  • les communautés côtières et les eaux intérieures, impliquées dans la protection des eaux maritimes, fleuves, lacs ainsi que de la pêche durable et de la lutte contre la pollution ;
  • le tissu urbain et son lien avec les zones rurales par le biais des potagers, des marchés de producteurs et des groupements d’achat ;
  • les plaines, qui valorisent l’agroécologie comme un moyen de lutter contre la monoculture, la désertification et la déforestation.

Au sein de ces quatre espaces, les visiteurs retrouveront des délégués et exposants venus du monde entier, des Alpes à la Cordillère des Andes en passant par la Mer du Nord et les grands fleuves européens, des nouveaux villages Slow Food aux grandes villes innovantes, de la plaine padane à la savane africaine.

Les débats et échanges entre les délégués qui ponctueront la manifestation se nourriront des questions discutées dans le cadre du VIIIe Congrès international de Slow Food qui aura lieu à Turin aux mêmes dates que Terra Madre Salone del Gusto.

Selon Paolo di Croce, Secrétaire général de Slow Food, « la crise environnementale et climatique que nous traversons actuellement, et l’objectif ambitieux d’amorcer une transition dans les dix prochaines années (comme le soulignent les Nations unies), associées à cet anniversaire historique pour Slow Food feront de la prochaine édition de Terra Madre un rendez-vous exceptionnel, peut-être le plus important parmi tous ceux que nous avons organisés jusqu’à présent. »

En 2018, Terra Madre Salone del Gusto a accueilli 220 000 visiteurs, 7 000 délégués venus de 150 pays, 1 000 exposants de 83 pays, dont 150 Sentinelles Slow Food italiennes et 103 Sentinelles de 42 autres pays, 50 organisations italiennes et 20 internationales. Les délégués participants ont quant à eux rassemblé 1000 jeunes, 230 représentants des communautés de migrants de toute l’Italie, 340 représentants de populations indigènes, 350 universitaires e 150 chefs venus des cinq continents. Sans oublier les 1 000 bénévoles essentiels au bon déroulement de chacune des éditions. Tout le Piémont a vécu au rythme de la manifestation, grâce aux 120 villes partenaires de Terra Madre qui ont accueilli plus de 1 600 délégués.

Terra Madre Salone del Gusto est un évènement biennal, mais son chantier d’idées et de projets est permanent : la conception de l’édition de 2020 a commencé dès la fin de l’édition précédente, et les activités du réseau Slow Food organisées pendant toute l’année 2019 se sont fortement inspirées du dernier rendez-vous turinois. Les bénéfices de la vente de billets de l’édition 2018 (obtenus après déduction des frais de gestion) ont été reversés au réseau de Slow Food Afrique afin de couvrir partiellement les coûts de participation de leurs délégués. 250 000 euros ont ainsi été remis à la Fondation Slow Food pour la Biodiversité Onlus, afin de contribuer au financement des nombreux projets en cours sur le continent africain : les jardins potagers, les Sentinelles Slow Food, l’Arche du Goût, les Marchés de la Terre, l’Alliance Slow Food des Chefs et les Communautés Slow Food, qui impliquent environ 60 000 personnes, dont des producteurs, chefs, agronomes, vétérinaires et jeunes militants, dans 45 pays différents. En 2019, la création de 40 Communautés a permis d’impliquer environ 600 nouveaux militants, permettant notamment de renforcer les réseaux Slow Food des populations indigènes et les réseaux de jeunes.  Environ 200 nouveaux jardins potagers ont été créés en Ouganda, au Kenya, en Afrique du Sud, au Burkina Faso, en Tunisie, au Sénégal, en Tanzanie, au Rwanda, au Bénin, au Maroc et au Malawi. Certains projets ont permis d’ajouter de nouveaux produits à l’Arche du Goût et de créer des marchés à différents endroits, dont un Marché de la Terre en Tanzanie. De nombreuses activités de formation sur les pratiques agroécologiques ont été mises en place dans les pays concernés par l’ouverture des potagers.

En matière de durabilité de l’évènement, le projet de recherche appliquée Systemic Event Design (SEeD) mis au point par l’Université des Sciences gastronomiques (UNISG) a été réutilisé lors de l’édition 2018. Conçu en 2006, SEeD a développé, au fil des ans, l’objectif de définir de nouveaux critères de qualité globale pour le salon, en réduisant l’empreinte environnementale et en valorisant l’impact économique et culturel généré sur le territoire. L’initiative parrainée par l’ASviS (Alliance italienne pour le développement durable) s’est concentrée sur les 17 Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations unies, en développant 82 actions concrètes à l’intérieur de la manifestation, grâce à la contribution de 3 établissements italiens (l’Université des sciences gastronomiques de Pollenzo, l’Université de Turin et l’École polytechnique de Turin), 8 centres de recherche (dont la Systemic Approach Foundation et l’office de tourisme Turismo Torino e Provincia), 7 partenaires durabilité et 65 entreprises. Parmi les données les plus marquantes, on retient les chiffres de l’économie circulaire avec un tri sélectif de 84,40 % des déchets (multiplié par 5 par rapport à 2006), notamment concernant l’huile utilisée (736 litres) qui aurait contaminé 736 millions de litres d’eau si elle n’avait pas été correctement jetée, et les produits alimentaires (1 834 kg) récupérés et donnés à des associations et des personnes dans le besoin. Parmi les actions clés en matière de durabilité environnementale et sociale, des colonnes d’eau fournies par le réseau de la SMAT on permis de fournir 19 000 litres d’eau, économisant ainsi 38 000 bouteilles en plastiques de 50 cl et des espaces bébés ont été mis à disposition, utilisés par plus de 1 800 familles.

Lien vers la présentation de Terra Madre Salone del Gusto 2020

Pour accéder aux autres news, cliquer ici

Laisser un commentaire