Un petit tour par Saint-Amour

13/02/2020 - Il y a quelques semaines, au Caveau de Saint Amour, une quinzaine des vignerons de ce cru présentaient à la presse leurs dernières cuvées. Nous étions sur place.

Le matin, nous avions écouté les brillantes explications d’un géologue, M. Best, qui nous avait montré, cartes à l’appui, la diversité des sols de Saint-Amour, héritage d’une histoire géologique aussi ancienne que mouvementée. Cette diversité, nous l’avons retrouvée dans les vins. Mais ce que l’on retrouve aussi, c’est la diversité des choix de vinification. Certains semblent vouloir faire du Bourgogne à l’ancienne, extraient et boisent ; certains cherchent plutôt du bonbon et leurs vins manquent de fond ; d’autres, encore, confondent floral et verdeur. Nous avons aussi eu quelques soupçons de brett. Mais heureusement, il y a des domaines qui ont tout juste – eux nous offrent le bel équilibre entre la gourmandise du cépage et le fond du vin, qu’on l’explique par les sols ou bien par la patte du producteur, ou les deux.

Cette variabilité nous a quelque peu déroutés, surtout appliquée à une appellation relativement compacte (318 hectares), et qui plus est, mono-cépage (le Gamay beaujolais). Mais soyons positifs et parlons des cuvées qui nous ont plu – à Saint Amour comme ailleurs, l’appellation ne fait pas tout, il faut fouiner !

Saint-Amour en chiffres

 

  • Surface : 318 hectares
  • Production : 17.500 hl
  • Nombre de récoltants : 118.

 

Un peu de géologie

Remontons le temps. Voilà 540 millions d’années, les futurs gneiss de Saint Amour se refroidissaient vers le Pôle Sud. Quelque 140 millions d’années plus tard, la tectonique nous emmène sous le Tropique Sud, à un moment où le volcanisme sous-marin nous concocte la fameuse «pierre bleue», une diorite que l’on retrouve entre autres sur le Mont Brouilly et sur la Côte du Py. Vient ensuite la formation de la Pangée, il y a environ 340 millions d’années, avec ses remontées magmatiques qui soufflent une énorme bulle granitique, les saprolites actuelles. Au Trias, la mer et son sable envahissent la région, ce dernier se sédimente et forme des grès il y a environ 240 millions d’années. Un peu plus tard, il y a 140 à 190 millions d’années, apparaissent les grès roses, puis les argiles et les marnes versicolores. Le Jurassique dépose ses calcaires à gryphées (huîtres), ses pierres dorées, quelques schistes. Puis, il y a quelque 130 millions d’années, la région sort la tête de l’eau (nous sommes à la fin du Jurassique).

 

À l’ère tertiaire, l’orogénèse alpine provoque, il y a -30 millions d’années, l’effondrement de la plaine bressane sur 1.500 mètres de profondeur. C’est une période géologique fort trouble qui voit failles, érosion et charriages bouleverser les sols en place, les plus anciens venant recouvrir des plus récents. Il faudra quelques millions d’années pour que le fossé se comble, jusqu’au début du Quaternaire. Ère qui connaît plusieurs glaciations; en Beaujolais, cependant seuls les sommets sont occupés par des glaciers.

Tout ceci, pour expliquer, de façon rapide et schématique, la complexité géologique du Beaujolais et plus particulièrement celle de Saint-Amour qui, contrairement aux autres crus n’est pas dominé par le granit.

Sa géographie

Saint-Amour, à la pointe nord du Beaujolais, s’étage entre 240 et 438 m d’altitude. Son vignoble regarde majoritairement vers le sud ; avec une pente moyenne de 8,4%, c’est le moins pentu de tous les crus. Pour les sols, seule une bosse granitique et quelques affleurements en proposent; des lambeaux de conglomérats calcaires et de marnes se retrouvent près du village de Saint-Amour Bellevue.

Le passage de deux failles majeures sur le territoire du Cru voit se juxtaposer des grès siliceux du Trias au Mont de Besset, à l’extrême ouest ; les pierres bleues, elles,  logent au centre et au nord, quelques formations calcaires et des argiles résiduelles à silex occupent la partie est.

Remarquons que les formations de piémonts et les alluvions anciennes variées et souvent très caillouteuses s’étendent sur un peu plus de la moitié des surfaces en vignes. Ceci explique probablement, en plus de la patte du vigneron, la grande variété de nuances d’un Saint Amour à un autre.

Notre sélection

Domaine des Pins

Ce domaine de 10 hectares dont 8 en AOP Saint Amour a bénéficié de gros investissements à la cave et dans les vignes avec l’arrivée des nouveaux propriétaires, en 2016. Aux manettes depuis lors, Joseph de Sonis (également président du cru Saint Amour) ne propose pas moins de 4 cuvées de Saint-Amour, parcellaires ou d’assemblage..

Gourmandise 2018 – Saint Amour
Grenat foncé, il offre de jolies notes de fruits rouges. Chaleureux et dense en bouche, il plaît par le velouté de sa texture, la gourmandise des baies qu’on croque, le gaufré de ses tanins bien juteux, sa fraîcheur épicée.
Les vignes âgées de 15 ans poussent dans des alluvions anciennes. Vinification semi-carbonique, élevage 6 mois sur lies fines.

La Folie 2017– Saint Amour
Grenat sombre, il propose quelques notes de résine et de grillé dès le premier nez. Sa texture serrée structure sa bouche dense bien épicée de clou de Girofle et de menthol. Sa belle harmonie nous parle d’élégance autant que de gourmandise.
La Folie, ce n’est pas un nom de fantaisie, c’est un lieu-dit de Saint Amour dont les sols alluvionnaires caillouteux sont riches en grès. Les vignes qui y poussent ont 60 ans. Vinification semi-carbonique sans soufre ajouté.
www.domainedespins.fr
www.qualivino.bewww.topwijnen.bewww.ramaekers-wijnimport.bewww.vinsbrunin.com

Hamet-Spay 

La cave de ce domaine familial de18 ha se trouve à Saint Amour-Bellevue (il produit également d’autres crus, ainsi que du Bourgogne Blanc). Pour l’anecdote, la maison de famille a appartenu au poète Lamartine.

Vers l’Eglise 2015 – Saint Amour
Cette église-là est celle d’un culte plein de douceur, et après 4 ans, ce vin a gardé du fruit (noir) et des rondeurs. 

Clos du Chapitre 2018 – Saint Amour
Un Saint-Amour plutôt riche, solaire, tant au nez (confiture de framboise) qu’en bouche, où le côté velouté ne masque pas tout à fait de beaux tannins. Vieilles vignes.
https://hamet-spay.fr
www.dewitwines.be

Château de Lavernette

Treize générations de Lavernette et de de Boissieu se sont succédés sur ce domaine fondé par les moines de Tournus. Le domaine produit des vins du Mâconnais aussi bien que du Beaujolais, dont les deux cuvées de Saint Amour suivantes. 

Le Châtelet 2016 – Saint Amour
Grenat, au nez bien poivré qui respire les pâtes de fruits, groseille, prunelle sauvage et framboise. La bouche fraîche et élégante possède ce caractère vineux dont la puissance retenue nous enchante. Côté arômes, la cerise confite au marasquin domine les fruits sentis, un rien de fumé et d’épicée soulignent la saveur des baies. Élevage de 22 mois en pièces. 

Côte de Besset 2017 – Saint Amour
Changement de millésime et de terroir. Ici, c’est du granit et de la pierre bleue pour ce Saint Amour à la robe grenat améthyste. Le nez grillé hume la croûte de pain nappée de gelée de griotte. La bouche plus réservée aux tanins plus marqués offre une acidité franche qui fait apparaître en final et sur la longueur tout le potentiel fruité des guigne, cassis et burlat. Elevage de 22 mois en barriques dont 10% de fûts neufs.
www.lavernette.com
https://auxmillesimes.behttps://anthocyane.be

Domaine des Fonds

La cave de Florent Berrod est située à Fleurie, mais il possède des vignes à Saint-Amour de même qu’à Moulin-à-Vent (16 hectares en tout, dont une bonne part de vieilles vignes (plus de 60 ans). 

Saint-Amour 2016
Le nez floral hume les roses de Damas. Aérienne, la bouche soyeuse et gourmande offre une belle structure. Les raisins sont égrappés. Les vignes poussent en altitude sur une crête au sol gréseux. Élevage en cuve.
http://domainedesfonds.business.site

Domaine Matray

Avec leur fille Célia, Lilian et Sandrine Matray exploitent ce domaine dont la cave se situe à Juliénas. Leurs 14 hectares se répartissent sur 6 crus, dont Saint Amour. 

Saint-Amour 2018
Grenat rose, il respire la confiture de griotte, de fraise et de framboise. Un amour tendre que ce vin plein de fruit, mais dont l’apparente sucrosité est compensée par une fraîcheur toute minérale, avec une pointe de sel. Le relief tannique booste encore la fraîcheur. Vendange entière en macération semi carbonique, élevage en cuve.
https://domainematray.fr

Domaine Chardigny

Pierre-Maxime et Victor-Emmanuel Chardigny ont repris le domaine familial en 2015, 20 hectares qu’ils décident immédiatement de convertir en bio. Ils produisent deux Saint-Véran et deux Saint-Amour.

À La Folie 2017 – Saint-Amour
Ce lieu-dit La Folie va comme un gant à cette cuvée friande, gourmande, mais dense, au fruit mûr et à la bouche charnue, bien juteuse ; belle finale sur les épices douces. Vieilles vignes de 60 ans. Élevage 2/3 en cuve et 1/3 en barriques.

Le Clos du Chapitre 2017 Saint-Amour
Grenat moyen, un nez discret, mais une bouche charnue qui enrobe bien les tanins encore bien hérissés. Un vin de caractère à la structure dense et ferme. Beau potentiel. Vieilles vignes de 60 ans en mode bio. Macération à froid de 5 jours, élevage en partie en barriques.
www.domaine-chardigny.com
https://wijnenvanassche.be

Domaine de Pierre Moulin

Du domaine de Fabien Duchampt, dont la cave se situe à Quincié, nous avons sélectionné une cuvée parcellaire, sur sols de granits et pierre bleue.  

Côte de Besset 2017 – Saint-Amour
Cette cuvée nous a séduits par sa belle structure – des tannins presque rugueux, mais qui équilibrent bien le fruit du vin. Belle acidité aux accents de griotte avec une pointe d’amertume qui rappelle l’orange sanguine. Un style très cash.
fabienduchampt@free.fr 

Domaine des 3 Plaisirs

 Ce domaine d’un peu plus de 8 hectares est dirigé par Fabien Adoir, 4ème génération de la famille sur l’exploitation : 

Saint Amour 2018
Le premier plaisir est celui, plutôt floral, d’un nez qui oscille entre pivoine et violette ; le second, plus charnel, est celui des fruits mûrs et croquants en bouche. Enfin, le troisième, celui de l’harmonie de la finale, rehaussée par quelques notes fumées. Gamay de 60 ans.
fabien.adoir@sfr.fr

Domaine de la Pirolette

La pirole, qui donne son nom à ce domaine implanté au-dessus de l’église de Saint Amour, est une fleur blanche ; mais les vins issus de ses 15 ha, eux, sont bien rouges, les sols variés justifiant plusieurs cuvées. 

Cuvée Poulette 2016 – Saint Amour
De la matière, du fruit mûr et une belle énergie pour cette cuvée élevée en œuf béton. Les vignes ont 70 ans
http://domainedelapirolette.com

Hervé Lalau et Marc Vanhellemont

Autres Dossiers IVV, cliquez ICI

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est thumb_7501_tourisme_big.jpg.

Laisser un commentaire