Verticale sublime de VDN Ambré signée Arnaud de Villeneuve

06/11/2021 - Quand arrive les frimas, à la nuit tombée, s’allument des étoiles dorées.
Ce sont autant de fenêtres qui attirent le regard.
Y jeter un œil devient irrésistible.
Curiosité qui se voit récompensée quant à l’intérieur trônent au milieu de ses invités quelques vins doux sur la table alignés.
Tous ont revêtu leurs couleurs de fête, l’or côtoie l’ambre marron.
Bien au chaud, ils s’enivrent des parfums de chacun, plaisir convivial et partagé

Arnaud de Villeneuve

 Arnaud de Villeneuve n’est autre qu’une importante cave coopérative vinicole riche de 300 adhérents dont les vignes s’étendent sur plus de 2.000 ha majoritairement au nord de la plaine du Roussillon. Elle est le résultat de l’union, en 2007, des Caves Coopératives de Salses et de Rivesaltes, rejointent un peu plus tard par celles de Pézilla la Rivière et de Corneilla la Rivière. Cette alliance coopérative a pris le nom fédérateur Arnaud de Villeneuve. Médecin, alchimiste et philosophe, né entre 1235 et 1240, il ramena grâce à sa connaissance de l’arabe, le secret de la distillation. C’est aussi lui qui aurait mis au point la fortification ou le mutage des vins, processus qui permet de les stabiliser. Sa vie s’est consacrée à bien d’autres choses que vous trouverez aisément sur vos écrans.  

Voici quelques superbes exemples de cette antique pratique.
Et en prime, après ces quelques commentaires, 3 accords, peut-être inattendus

Rivesaltes Ambré Prestige 1999

Cuivre sombre, un nez qui rappelle la feuille de noyer, le poivre cubèbe, la vanille, la boîte de cigare, l’abricot sec, un rien de poivre blanc.
La bouche reprend les saveurs senties et les prolonge avec du moka, du caramel au beurre dont la texture crémeuse et soyeuse apporte un agréable confort buccal. L’amertume de la noix doublée de celle de l’écorce de cédrat booste la fraîcheur fruitée au goût de confiture d’abricot et de figue blanche. Longueur épicée.

Assemblage de Grenache Blanc, Grenache Gris et Macabeu. Élevage en foudre et en fûts de chêne. Mise en bouteille en décembre 2018.
Sucres résiduels : 115,7 g/L ; 16° ; pH : 2,91 ; acidité totale : 3,76
32€

Rivesaltes Ambré Collection 1988

Cuivre rouge, le nez iodé, un léger rancio qui parle d’algue sèche, de brou de noix et d’iode, viennent encore la noisette grillée, le bois de chêne qui chauffe dans l’âtre, qui fait penser au vermouth avec sa note subtile d’absinthe.
La bouche ample s’étale sans vergogne, sa fraîcheur vient du charnu de l’abricot, de la pêche, de la feuille de tomate, la douceur du candi et des Corinthe, la note épicée du poivre blanc, du curcuma, relève les saveurs d’un léger et agréable piquant. La bouche reste fluide, élégante, la douceur ambiante est bien contrebalancée par l’amer et la fraîcheur. Longueur délicieusement fruitée.

Assemblage de Macabeu, Grenache Blanc, Grenache Gris et Muscat d’Alexandrie, muté sur moût et élevé en foudre et en fûts de chêne. Mise en mai 2018.
Sucres résiduels : 135,9 g/L ; 16° ; pH : 3,36 ; acidité totale : 3,42
36€

Rivesaltes Ambré Collection 1980

Ocre terre de Sienne, il hume l’encre de seiche, la boîte de cigare, le bois de cèdre, le fenugrec, les aiguille de pin, mais aussi la gelée de mirabelle et de coing.
Bouche presque plus amère que douce est génératrice d’une incroyable sapidité, ce qui en renforce la fraîcheur. Il ne se donne pas tout de suite, et semble encore tannique, tannins légers qui renforce la texture, apporte ce grain qui râpe les zestes d’orange confits qui tombent les gelées. Le caramel prolonge la bouche tout en douceur délicat mâtinée d’un délicieux bitter.

Assemblage de Grenache Blanc et de Macabeu, élevé en cuve quelques années puis en fûts de chêne. Mise en mai 2020.
Sucres résiduels : 115,7 g/L ; 16° ; pH : 3,29 ; acidité totale : 3,50
53€

Rivesaltes Ambré Collection 1970

Ambre brun, joli nez de rancio avec ses impressions iodées, ses algues séchées, son caractère animal, ses pierres cuites au soleil qui avoue sans hésiter son esprit sudiste, catalan, ajoute de la réglisse et un petit bouquet d’immortelles maritimes.
Bouche bien fraîche avoue une acidité franche presque vive qui met en évidence l’abricot sec, la figue blanche, le melon confit, le bois et la croûte de pain un peu brûlée. Un cristal de sel vient s’opposer à la douceur pour offrir plus de fluidité au vin doux. La longueur parle d’amertume délicate et de fraîcheur douce.
C’est top de chez top.

Assemblage de Grenache Blanc, Grenache Gris et Macabeu, élevé en cuve quelques années puis en fûts de chêne. Mise en juillet 2017.
Sucres résiduels : 143 g/L 
71€

Rivesaltes Ambré Collection 1936

Robe terre de Sienne brûlée, elle respire la fève de cacao grillée, la raisin de Smyrne, les châtaignes et les noix grillées, puis encore la mangue et l’orange confite, la mandarine glacée de candi brun.
La première gorgée nous laisse sans voix, tout d’abord ce rogue sur la langue, impression tannique bien sensible, cette volatilité qui fait éclater le caractère capiteux et fait voler chaque goutte en myriade de gouttelettes parfumées de caramel brûlé, de poivre, de sel, s’algue sèche, de citron vert confit, d’aiguilles de pin, de quinquina, … et encore et encore, … l’ensemble dynamisé par une fraîcheur incroyable, vivacité de fond qui laisse une bouche nette, les arômes pour longtemps en mémoire.

Assemblage de Macabeu, Grenache Blanc et Grenache Gris, élevage en barriques et demi-muids. Mise en avril 2014.
200€ la bouteille de 50cl

http://arnauddevilleneuve.com
www.baetenvinopolis.be

j’en encore plein les papilles…

Papilles qui réclament quelques substances

Toast, fromage et évanescence…

Ambré et toast anchois, Comté, poivron
L’anchois enrichit le trio d’un trésor iodé, riche d’embruns à la salinité délicate.
Quant au poivron, il joue les seconds rôles, tantôt doux, tantôt fruité.
Le Comté aime leur montrer son caractère affirmé, sa force, mais aussi sa générosité. C’est une alliance particulière, nord sud. Serait-ce pour en catimini abuser les vins doux…
Le goût puissant du Comté, mais aussi de l’anchois, s’adoucit dès la première gorgée de Rivesaltes Ambré 1988.
’est alors échanges de miel de sapin, de poires au sirop, puis encore de sucre qui se caramélise et de fruits secs qui se pralinent, d’amertumes fines qui jouent des airs d’agrumes.

Avec une part de Brie de Meaux
Affiné depuis 6 semaines, au goût minéral et grillé, crème de lait et beurre frais, noisette et chicorée, il reçoit du Rivesaltes Ambré 1970 des promesses de gelée de pomme, de liqueur de poire et de pâte d’amande. Le doux esprit profite de l’inattention du jeune Brie pour croquer sa chair de pain d’épices à pleines dents. Girofle, cannelle et cumin embaument en un instant l’atmosphère confinée.

Gloria Cubana Médaille d’or n° 2, une jolie vitole  
Gloria déploie ses ailes de gingembre et de cumin, un envahissement parfumé auréole Arnaud dès qu’on le porte aux lèvres après l’exhalaison.
La méditerranée offre sa couleur la plus solaire à la Cubaine extasiée.

Débonnaire ce Rivesaltes Ambré 1980 termine la joute. Duel torréfié sur une oraison sucrée explore les possibilités épicées de cette havanaise bien roulée. La joute bien fumante résonne de moka et de pain d’épices, de biscuits secs et de pâte d’anchois. Mais tout n’est que cendre et fumée. La belle, la cape jusqu’à passé la taille retroussée, exhale un dernier soupir de cardamome et de cacao, caresse une dernière fois la soie ourlée des tanins du vin. La maturité mutée de ce dernier permet à l’agonisante une dernière envolée fruitée. Tout n’est que cendre et fumée.

Il est des mariages imprévus, que l’on croit avant même la noce achevée voués à l’échec le plus cuisant.

Et pourtant…

Marc Vanhellemont

Pour accéder aux autres Coups de Coeur, cliquer ici 

Laisser un commentaire